TRICOT ET CONFINEMENT J40

Bonjour à tous.

Quarantième jour de confinement.

Aujourd’hui, je vais vous parler du blocage. J’ai souvent reçu des questions sur le sujet et je n’avais jamais fait de tuto spécifique.

Bloquer un tricot c’est un peu comme le repasser, c’est lui donner une forme étendue qu’il conservera après blocage. Mais c’est moins traumatisant pour la laine que le repassage, car le motif n’est pas écrasé. Les nouvelles laines sont de plus en plus traitées pour être repassées et c’est indiqué par sigle sur les étiquettes. Je repasse le jersey ou le point mousse le point de riz ou les points fantaisie qui n’ont pas besoin d’être aplanis. Surtout pour avoir des coutures plus nettes.

Mais je préfère bloquer tous les points volumineux comme les torsades ou les côtes. Je fais une exception pour les côtes anglaises pour lesquelles je ne fais rien. Je laisse en l’état pour conserver tout le volume et la structure du point. Le point de godron peut se bloquer. Et bien sûr, la dentelle, qu’il faut bloquer obligatoirement. Le blocage a dû être inventé pour elle.

Pour savoir comment bloquer un tricot, regardez ma vidéo du jour.

En résumé, on le mouille dans une eau très tiède, 30 ou 40°. On l’essorer sans le tordre. On le met en forme en l’épinglant sur une surface plane. Et lorsque tout est en place il faut attendre, attendre que la pièce soit sèche archi sèche. En séchant, elle se bloque dans cet état et elle conservera cette forme. Lorsqu’on retirera les épingles, le modèle ne bougera plus.

Doit-on bloquer un pull une fois monté ou pièce par pièce ? Il est préférable de le bloquer pièce par pièce, pour que les coutures soient adaptées à la taille de l’ouvrage.

Le blocage, s’il donne la forme voulue et si cette forme tient très longtemps n’est tout de même pas définitif. Il est donc parfois utile de bloquer un ouvrage une seconde fois, et il faut le bloquer après chaque lavage.

Dernier point très important du blocage, c’est l’échantillon. Lorsque vous faites un vêtement avec un point tel qu’il faudra bloquer à la fin, il faut aussi que vous bloquiez votre échantillon avant de vérifier les cotes de votre modèle. Si vous vérifiez sur un échantillon non bloqué et qu’ensuite vous bloquez votre ouvrage, il y aura une grande marge d’erreur ! Votre pull qui vous allait si bien avant blocage risque de devenir vraiment trop grand !

J’espère que je vous ai éclairé sur le blocage. Bon dimanche. Restez confinez et à demain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.